Le Château de la Barrière à Lieusaint (77)

Publié le par Jean-Philippe Secordel-Martin

    Construit en 1910 pour Monsieur et Madame Jean-Baptiste Gobert-Martin dans un style Louis XIII, le château de la Barrière a remplacé un château  du XVIII siècle plus modeste que Monsieur Gobert-Martin avait acquis, quelques années auparavant, auprès d'importants propriétaires agricoles. Pour l'anecdote, le nom du château est cité dans les minutes de la tristement célèbre affaire du Courrier de Lyon dont le drame se déroula à quelques pas.

       

 Ancien Chateau façade


 Le château de la Barrière à la fin du XIXème

   

Sa construction, assez rapide, employa des centaines d'ouvriers et d'artisans et de nombreux corps de métiers de la région, notamment pour sa décoration intérieure des plus raffinées. Au début du XXème siècle, les Gobert-Martin y menèrent grand train et donnèrent de brillantes réceptions. Leur prospérité, due au développement de leurs magasins à travers l'hexagone, profita également à de nombreux habitants du village qui y travaillaient directement ou non.

 

Avant la guerre de 1914-18, plus de cinquante employés s'occupaient de l'entretien du parc, du potager, des nombreuses dépendances et bien entendu de l'imposante demeure qui comptait 17 chambres à coucher ...  En plus des femmes de ménages, cuisinières, maîtres d'hôtel, jardiniers, les Gobert-Martin employaient également un ébéniste, un paysagiste, un cocher et également un chauffeur-mécanicien chargé, dès 1904, de s'occuper de leurs véhicules automobiles.  

 

      Lieusaint années 30 

 Le château de la Barrière après 1910

 

En 1946, Madame Marguerite Secordel-Martin, la nièce de Madame Gobert-Martin, hérita de la propriété dont elle fit don, quelques années après, aux sœurs Salésiennes de Don Bosco pour y installer une maison de repos. Face au coût prohibitif de l'entretien de cette superbe demeure et de son parc, ces dernières cédèrent la propriété en 1972 à la société Berger qui y installa son siège social et y construisit une usine d'embouteillage bien disgracieuse ...

 

Commenter cet article